Alice Thourot
Députée de la Drôme

Ma réaction suite aux annonces sur la sécurité du Président de la République

En hémicycle

Mon interview sur Franceinfo

Mardi 14 septembre, j'étais l'invitée de Franceinfo pour réagir aux annonces du Beauvau de la Sécurité. 

L'occasion notamment d'évoquer l'importance du continuum police-justice, c'est-à-dire de faire mieux travailler ensemble les forces de l'ordre et la justice, de les rapprocher, de trouver des axes de communication et de faire un travail collaboratif qui puisse permettre une réponse pénale plus adaptée.

Les annonces du Président de la République en clôture du Beauvau de la sécurité

Le Président de la République était mardi 14 septembre à Roubaix pour clore le Beauvau de la Sécurité, aux côtés du ministre de l’Intérieur et du Garde des Sceaux. Le chef de l’Etat a tenu à adresser un message de confiance et de reconnaissance aux forces de l’ordre, mais également d’exigence dans la continuité du travail qui est mené depuis 2017 par le Gouvernement sur les questions de sécurité.
 
  • Cohérence et continuité
 
Depuis 2017, le Gouvernement a entrepris des actions d’ampleur pour renforcer les moyens et efforts sur les questions de sécurité :
 
• augmentation de 1,7 milliard d’euros du budget du ministère de l’Intérieur (700 casernes et commissariats modernisés, 30 000 nouveaux véhicules) ;
• renforcement de l’arsenal de lutte contre le terrorisme (loi SILT) ;
• recrutement de 10 000 policiers et gendarmes supplémentaires ;
• création de l’OFAST pour la lutte contre la drogue ;
. mise en place de la Police de Sécurité du Quotidien.
 
Ces actions et ces moyens ont permis d’obtenir des résultats significatifs :
 
• 36 attentats déjoués
• baisse d’un quart des cambriolages
• baisse de 20% des vols de véhicules
• résultats dans la lutte contre les trafics de drogues (hausse des saisies de stupéfiants, 7837 cartels démantelés)
 
Comme le Président de la République l’a rappelé, la sécurité reste l’affaire de tous. Aussi, grâce au Beauvau de la Sécurité, le chef de l’Etat souhaite aller au-delà des résultats déjà obtenus, pour changer en profondeur la vie des Français.
 
  • Ambition et moyens : penser la police et la gendarmerie de 2030
 
Le Président de la République a, tout d’abord, appelé à penser sur le long terme ; c’est-à-dire penser la police et la gendarmerie de 2030 qui doit, et devra, faire face aux nouvelles formes de délinquance et de menaces, qui inclut notamment des enjeux numériques et technologiques et qui devra être mieux formée et équipée à cette fin.
 
A cet égard, le Président de la République a annoncé :
 
- une refonte de la procédure pénale, permettant de simplifier et d’améliorer le travail des policiers, magistrats et enquêteurs.
 
A court terme, dans un délai d’un mois, en demandant au Garde des Sceaux de faire un bilan des mesures de simplification déjà engagées et de proposer d’ici 3 mois des pistes d’amélioration.
A long terme, la mise en place d’une commission qui aura pour mission de repenser les grands équilibres de la procédure pénale et proposer une nouvelle écriture du code dans cadre des États généraux de la Justice.
 
- donner les moyens sur la durée au ministère de l’Intérieur en portant une loi de programmation pour la sécurité intérieure.
 
Le Président de la République a demandé au ministre de l’Intérieur de préparer élaboration de cette loi qu’il souhaite voir présentée en Conseil des Ministres début 2022. Elle devra être également une loi de modernisation numérique du ministère.
 
  • Une exigence et des moyens
 
Parallèlement à ces transformations, le Président de la République a formulé deux ambitions émanant des attentes des Français sur les questions de sécurité :
 
Plus de bleu sur le terrain en augmentant significativement la présence des policiers et gendarmes sur la voie publique (doubler sur 10ans la présence des gendarmes et policiers sur la voie publique).
 
- Assurer une meilleure prise en charge des victimes (3919 aujourd’hui accessible 24h sur 24, formation de près de 90 000 policiers et gendarmes, mise en place de guichets dédiés, déploiement de 2 300 téléphones grave danger pour les victimes, création de 123 postes d’intervenants sociaux supplémentaires). Le Président de la République a annoncé la mise en place du dépôt de plainte en ligne à horizon 2023.
 
Pour accompagner ces ambitions le Président a également annoncé plusieurs mesures à court terme, plébiscitées par l’ensemble des parties prenantes au lors du Beauvau de la Sécurité - grâce notamment à l’augmentation en 2022, du budget de ministère de l’Intérieur de 1,5 milliard d’euros, dont 500 millions pour la mise en œuvre des premières mesures du Beauvau de la sécurité. :
 
investir dans l’humain et la formation (augmentation de 50% de la durée de formation, rendre les métiers de la police judiciaire plus attractifs avec le lancement d’un plan pour l’investigation – formation OPJ intégrée à la formation initiale, dégager du temps aux enquêteurs, création d’une réserve opérationnelle de police et de gendarmerie (30 000 pour la police et 20 000 supplémentaires en gendarmerie) ;
mise à niveau des équipements de la police technique et scientifique (nouveaux uniformes, déploiement des caméras piétons (30 000 commandes) et caméra embarquée dans les véhicules, inciter les Collectivités locales à étendre le réseau de vidéoprotection.)

Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion