Alice Thourot
Députée de la Drôme

Ségur : des députés attirent l'attention d'Olivier Véran sur le complément de traitement indiciaire (CTI)

En hémicycle

Le 13 juillet dernier, le Premier ministre et le ministre des Solidarités et de la Santé ont signé des accords du Ségur historiques avec les principales organisations représentatives des personnels de la fonction publique hospitalière d’une part et des personnels médicaux d’autre part. Au total, ce sont 8,2 milliards d’euros par an qui seront ainsi consacrés à la revalorisation des professionnels.

Pour rappel, la rémunération d'un agent public se compose notamment d'un traitement indiciaire (appelé également traitement de base) calculé en fonction d'un indice majoré. 

L’accord du Ségur relatif aux personnels de la fonction publique hospitalière prévoyait ainsi une revalorisation de l’ensemble des personnels du secteur public de 183 euros nets mensuels grâce à un complément de traitement indiciaire (CTI).

Au total, près de 2 millions de professionnels des établissements de santé et des Ehpad – infirmiers, aides-soignants, sages-femmes, manipulateurs-radio, secrétaires médicaux, … verront donc leur rémunération augmentée de 183€ net / mois.

Toutefois, avec plusieurs parlementaires, nous avons souhaité attirer l'attention du ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran sur des inégalités existantes dans les conditions de versement de ce CTI qui exclut le personnel soignant des structures privées qui représente 40% des effectifs et fait preuve d'une dévotion totale depuis le début de la crise sanitaire. 

Afin d'éviter cette distorsion entre professionnels du secteur médical, nous appelons à ce que cette valorisation du CTI soit effective partout en France pour l'ensemble de la profession.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion